23.03.2012

Où va l’argent?

En 2011, grâce à la campagne "A la pêche aux bonnes dépêches", les catholiques suisses ont versé 318'000 francs pour le travail des médias au service de l’Eglise.

Quels médias vont maintenant être soutenus grâce à cet argent? La plus grosse part, 60% des sommes à disposition, est versée à l’agence de presse Apic (Agence de presse internationale catholique, bilingue français‐allemand). Cette agence alimente en informations de base nombre d’autres médias ecclésiaux: bulletins paroissiaux, journaux d’Eglise, radios chrétiennes, Internet, etc.). En outre l’agence fournit aux médias séculiers des informations sur l’Eglise en Suisse, l’Eglise universelle, le Vatican et sert de plate‐forme indispensable pour l’échange d’informations entre collaborateurs à l’intérieur de l’Eglise catholique.

10% de la collecte est versé au Katholischer Mediendienst (Service catholique des médias, KM) à Zurich, qui est notamment responsable de la diffusion d’informations ecclésiales sur Internet et à d’autres nouveaux médias en Suisse alémanique. Le KM est également partenaire des émissions religieuses des chaînes de service public. La promotion de films orientés vers le christianisme constitue le troisième volet des activités du KM.

En Suisse romande, les dons du Dimanche des médias soutient principalement le Centre catholique de radio et télévision (CCRT) avec 15% des sommes affectées. Le CCRT produit quotidiennement des émissions religieuses sur les chaînes de radio et de télévision publiques. Son rayonnement dans la diffusion des messes radio et télévisées comme à travers les magazines religieux lui assurent une place estimable de pôle de compétences en matière religieuse. Par ailleurs, 5% de la collecte est destinée au portail Internet romand www.cath.ch.

Au Tessin, la collecte du Dimanche des médias appui le travail médiatique effectué dans le diocèse de Lugano (10%).

Avec une petite part de la collecte (30'000 francs), des coups de pouce financiers à des projets individuels peuvent être donnés par la Commission des médias et de la communication de la Conférence des évêques suisses. A l’avenir cet argent doit permettre d’encourager avant tout les initiatives en matière de nouveaux réseaux sociaux (Facebook, Twitter, etc.).